Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2014 3 02 /07 /juillet /2014 14:01

Un particulier employeur, qu'est-ce que c'est ?

Comme son nom l'indique, c'est un particulier (c'est-à-dire Monsieur et Madame Toutlemonde Toi, Moi, La Voisine) donc pas une entreprise, qui emploie une autre personne à son domicile.


L'exemple le plus fréquent est souvent le babysitting, mais ça peut être le réparateur de ton ordinateur, le jardinier qui vient arroser tes fleurs, la personne qui promène ton chien, qui descend tes poubelles, qui te tient compagnie pendant ta partie d'échecs (si tu as 80 ans), un plombier...

Attention, le cas diffère un peu en cas d'emploi d'un(e) assistant(e) maternel(le) agréé(e).

 

Dans le but de donner un exemple concret, nous allons prendre ici celui qui nous intéresse : la garde d'enfant ou babysitteur.


Le plan c'était de me dégager du temps en juillet et en août pour travailler sur mon bilan de compétences à la maison avec les outils donnés par la conseillère d'orientation/psychologue du travail et aussi d'avoi du temps libre pour aller à l'auto-école. Pourquoi pas une ou deux matinée(s) par semaine.

La question s'est alors posé de quoi faire de La Muse pendant ce temps là.

Je n'avais pas tellement envie de la sortir de son environnement familier alors quand une amie, une perle, une crème en la personne de Torhia s'est proposé de la garder à la maison, et comme elles ont eu un bon contact toutes les deux, je me suis sentie en confiance.

 

L'histoire aurait pu s'arrêter là, on aurai donné grosso modo un billet de 10€ par heure effectuée et roule ma poule.

C'était sans compter sur Coupin qui travaille un tout petit peu pour l'État et qui ne conçoit même pas d'engager quelqu'un "au black" comme on dit.

 

Alors nous sommes devenu particulier employeur.

 

On va essayer d'expliquer dans l'ordre.

 

Comme tout employeur, le particulier employeur doit être enregistré à l'URSSAF. Il obtient alors un numéro URSSAF.

 

Comme tout employeur, le particulier employeur doit établir, avec son salarié, un contrat de travail.

 

Comme tout employeur, le particulier employeur doit respecter une convention collective. Ici, il s'agit de la  Convention Collective Nationale des Salariés du Particulier Employeur.

 

Comme tout employeur, le particulier employeur doit payer des cotisations sociales, appelées aussi charges patronales ET, bien sûr, payer son salarié.


C'est pour simplifier les démarches qu'a été créé le dispositif du Chèque Emploi Service Universel (CESU).

 

L'ancien dispositif (toujours en circulation) fonctionnait un peu, si j'ai tout compris, comme les tickets resto : chéquier de CESU à montant fixe décidé par le particulier employeur, chéquiers à retirer auprès d'un organisme agréé et encaissables par le salarié comme n'importe quel autre chèque, dans sa banque à lui.


Le nouveau dispositif dit "déclaratif" se passe presque exclusivement sur le net.

Le particulier employeur donne le RIB du compte bancaire sur lequel seront directement prélevées les cotisations sociales et il paye le salarié comme bon lui semble : chèque, espèces, virement...

À la fin de chaque mois, le particulier employeur déclare le nombre d'heures effectuées par le salarié pour le calcul des cotisations/charges.

Le salarié n'a rien à faire que toucher sa paye. S'il veut un bulletin de salaire, il peut tout simplement le télécharger sur le site CESU.

À noter d'ailleurs que le site CESU permet aussi de faire la déclaration à l'URSSAF en trois clics et de télécharger un modèle de contrat type.

Bref, tout bien, tout simple, tout au même endroit.

 

Petites précisions :

- Il n'est pas nécessaire d'établir un contrat de travail pour un salarié intervenant de manière occasionnelle (tu ne fais pas réparer ton ordinateur toutes les semaines). Toutefois, il est nécessaire et obligatoire dans le cas d'un salarié intervenant régulièrement (comme la babysitteur dans notre exemple).

- La procédure est, je le répète, différente pour l'embauche d'un(e) assistant(e) maternel(le) agréé(e) puisque tout se passe via la PAJE.

- La rémunération horaire du salarié intervenant au domicile de l'employeur est majorée de 10 % dans le cadre des congés payés. Ben oui, vu qu'il ne travaille pas pour toi un mois complet, il ne peut pas cumuler 2,5 jours de congés payés par mois travaillé, donc les congés sont ajoutés au salaire horaire.

(À l'heure où j'écris ces lignes, le SMIC horaire brut majoré de 10 % est de 10,48 € ce qui donne un SMIC horaire net majoré de 10 % de 8,03 €.)

- La rémunération est évidemment soumise à l'ancienneté du salarié, mais tout est expliqué dans la Convention Collective.

- La moitié du coût réel (salaire + charges) est déductible des impôts l'année suivant l'embauche. Elle est pas belle la vie ?

 

particulier-employeur-zen.jpg

 

Voilà, vous savez tout ce que je sais.

Vous avez des questions ?

Je reviens vers vous dès que la machine est lancée pour vous raconter comment La Muse s'entend avec sa nouvelle 'copine' !

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article
9 juin 2014 1 09 /06 /juin /2014 11:36

Comme je le disais là (pour ceux qui ne suivent pas ou qui prennent le train en route) : j'ai eu un rendez-vous avec un conseiller placement qui m'a dirigé vers un conseiller d'orientation, plus à même de m'aiguiller dans ma recherche d'emploi.

 

C'était jeudi 5 juin 2014 à 9h.

Je devais y aller avec un CV pour lequel j'avais travaillé toute la semaine d'avant et qui n'aura finalement servi à rien puisque la conseillère qui m'a reçu m'a demandé de lui parler de mon parcours en entier depuis mon dernier diplôme, à savoir le bac.

 

J'ai raconté ma volonté de devenir sage-femme, la première année de médecine échouée avec l'impossibilité de redoubler, la dépression qui s'en est suivi, Mc Do qui m'a sauvé, un premier job de secrétaire médicale sans grande conviction qui m'a finalement bien plu, un deuxième qui m'a encore plus plu, puis un troisième qui m'a encore plus plus plu, l'arrivée en Corse, la découverte du marché de l'emploi local, Quick, le CMPP, mon dernier job chez les cardios et pour finir la grossesse.

 

Après tout ça, il était temps de parler du bilan de compétences qui ne viendra sans doute jamais, mais la volonté - bien présente elle - de prendre le temps de réfléchir à mon avenir professionnel avant de postuler dans quoique ce soit.

Elle a bien compris ma volonté de ne pas reprendre les études telles quelles (mais pourquoi pas une formation qualifiante ou de l'alternance ?)

 

Elle m'a montré deux ou trois sites que je ne connaissais pas qui pouvaient m'aider à ouvrir mes possibilités et m'a expliqué quel travail je pouvais faire seule à la maison pour réfléchir à de nouveaux horizons.

 

Ce rendez-vous aura aussi servi à me montrer que j'avais quand-même pas mal d'aprioris négatifs sur certains métiers mais aussi sur mes capacités. Il y'aura donc un autre travail à faire à ce niveau là.

 

Finalement, le rendez-vous aura duré deux heures ! Je n'ai pas vu le temps passer et j'ai eu l'impression d'une vraie discussion ouverte, d'un véritable échange et bref d'une rencontre constructive.

Très différent du rendez-vous décrit par le conseiller placement donc.

 

À la fin, la conseillère m'a donné sa carte avec son mail et son téléphone pro direct "si jamais vous avez la moindre question ou si vous voulez qu'on se revoit pour faire le point".

En fait elle n'était pas conseillère d'orientation mais psychologue du travail.

 

Maintenant, j'ai du travail à faire sur moi et ma recherche d'emploi.

      regards-croises-efficacite3_th_241.png

 

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 22:53

Comme je le disais là, je souhaitais un vrai rendez-vous avec un vrai conseiller pour parler de ma vraie volonté de ne plus être secrétaire médicale.

 

Ce conseiller là s'appelle "conseiller placement", me demande pas pourquoi, c'est le jargon Pôle Emploi.

 

Je me pointe donc sans rendez-vous un jour de mai avec la ferme intension de faire entendre mon souhait de faire un bilan de compétences.

Le monsieur qui me reçoit (le conseiller placement donc) est absolument adorable, une voix très douce, une patience qui semble infinie. Il m'écoute vraiment LUI.

 

Il pianote une minute sur son ordinateur avant de m'expliquer que, dans la petite ville où nous sommes, il n'y a pas beaucoup d'organismes qui réalisent des bilans de compétences et que ceux-ci n'en ont pas à proposer dans les mois à venir.

Du coup, plutôt que de me laisser "sans rien" à ne pas savoir quoi chercher comme poste, il me propose un entretien individuel avec un conseiller d'orientation.

 

L'entretien en question s'appelle "Regards Croisés" et servira, m'explique-t-il, à établir un ou plusieurs profil(s) me concernant. Par exemple pour savoir si j'ai plutôt un profil "créatif" "administratif" "social"...le plan étant bien évidemment de trouver le(s) métier(s) qui regroupe(nt) le plus de profils et donc susceptible(s) de me correspondre au mieux.

 

Enfin ça c'est la conclusion parce qu'en vrai on a discuté une heure et BON SANG ce que ça fait du bien de parler à quelqu'un de compétent, de compréhensif et qui n'essaye pas à tout prix de se débarrasser de toi mais prend le temps d'écouter ce que tu as à raconter tout en étant très réaliste sur le marché de l'emploi local.

 

Ce rendez-vous n'aura pas révolutionné ma recherche d'emploi, mais déjà je me suis sentie écoutée et comprise donc on avance.


conseil-gestion-patrimoine-placement-finance-particulier.png

Jte jure que j'ai trouvé ça sur Google en tapant "conseiller placement"

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article
15 mai 2014 4 15 /05 /mai /2014 11:32

Comme je le disais juste ici, j'ai obtenu une rupture de contrat conventionnelle avec mes anciens patrons les cardiologues (gloire à eux).

Ce que nous ne savions pas en revanche c'est que la procédure avait été modifié il y'a peu et qu'elle était désormais plus longue. Pas plus pénible, mais avec plus de temps de réflexion pour les deux parties.


J'ai donc demandé ma rupture le 13 janvier (on ne peut pas la demander avant le jour officiel de reprise) et elle a été acceptée le 5 mars. Soit presque deux mois de délais (vous le saurez si jamais vous en demandez une un jour : mettez de côté !)

L'administratif étant ce qu'il est (chiant et long), j'ai eu les papiers de fin de contrat le 5 avril environ (multiples problèmes avec la comptable entre les arrêts maladie, maternité, congés payés...)

Comme nous partions à Nantes peu de temps après, je ne me suis pas inscrite de suite au Pôle Emploi, je l'ai fait à notre retour fin avril.

 

J'ai été reçu pour un "entretien finalisant l'inscription" le vendredi 25 avril à 11h après avoir soignement rempli et imprimé le dossier directement sur le net.

Ce jour là, comme il était précisé sur l'invitation à l'entretien qu'il fallait compter environ une heure, j'ai déposé La Muse à son père dans son bureau.

 

En fait d'une heure, ça a duré 20 minutes à tout casser et le conseiller n'arrêtait pas de regarder sa montre. Très agréable.

Il a juste cliqué sur "suivant" vu que j'avais rempli le dossier correctement et alors qu'il s'apprêtait à conclure notre entretien par "Donc si j'ai bien compris vous voulez le même job mais avec des horaires plus cool ?" j'ai pu en placer une.

"Non en fait je crois que je ne veux plus être secrétaire médicale.

- Ben pourquoi vous avez quand-même marqué ça dans le dossier ?

- Parce qu'on est obligé de choisir au moins un métier pour lequel on s'inscrit et qu'il n'y a que celui-là dans lequel j'ai de l'expérience.

- Alors vous voulez faire quoi ?

- Un bilan de compétences parce que je n'en ai aucune idée.

- HOULAAAAAA alors là, je vous arrête TOUT DE SUITE ! Bon, c'est pas que c'est impossible le bilan de compétences hein, mais soit c'est très cher, soit c'est très compliqué. Non ce que je vous conseille, c'est de suivre une formation qui s'appelle "CAP emploi" qu'on dispense avec [Nom de la boîte de formation] avec qui on est partenaire. Je vais les appeler pour savoir quand c'est la prochaine session et je vous rappelle cet après-midi."

C'était le 25 avril. Nous sommes le 15 mai et j'attends toujours son coup de fil.

Je suis ressortie de là complètement dépitée.

 

Heureusement, Super Maman est arrivée pour me sauver des griffes de Super Méchant Pôpôle ! (En vrai, ma mère est formatrice en insertion professionnelle donc elle s'y connaît genre BIEN en matière de retour à l'emploi.)

Je ne résumerais pas ici les heures de conversations qui ont suivies, toujours est-il qu'elles étaient bien plus instructives que les 20 minutes passées au Pôle Emploi.

 

J'ai donc attendu que les-giga-ponts-de-mai-qu'à-ce-stade-là-on-parle-de-viaducs passent et j'ai appelé le 3949 le numéro unique des demandeurs d'emploi et des actifs pour demander un VRAI rendez-vous avec un VRAI conseiller.

"Mais madame, le conseiller qui vous a reçu le 25 avril était un VRAI conseiller !

- Bon alors disons le conseiller qui sera en charge de mon dossier par la suite.

- Il vous sera attribué trois mois après la réception de votre dossier.

- Ah ouais ?! Mais moi il faut que je parle à quelqu'un avant ça !

- Alors passez à l'Agence et demandez à être reçue par un conseiller.

- Comme ça, sans rendez-vous sans rien ?

- Comme ça, sans rendez-vous sans rien.

- Cool ! Ok ben je passerai alors ! Merci !"

 

À l'heure où j'écris ces lignes, je ne suis toujours pas passé (y'a pas non plus écrit "Garderie" sur le bureau de Coupin), cet article visait juste à vous informer de mon avancée (ou de ma non-avancée) professionnelle.


Vous serez aussi certainement très content d'apprendre que Pôpôle me rémunère pendant une durée maximum de 655 jours calendaires.


Ça laisse un peu de temps pour trouver un boulot qui me conviendra mieux.

 

bonhomme_blanc_loupe_medium.jpg

Travail ? Où es-tu petit travail ?

 

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article
9 décembre 2013 1 09 /12 /décembre /2013 13:27

Avant d'être médicalement arrêtée de bosser pour "grossesse pathologique" (comprendre : avec plein plein plein de contractions), j'étais secrétaire médicale en cardiologie.

Mon poste était à mi-temps au cabinet médical et à mi-temps au sein d'une clinique de la ville.

Mon contrat était de 39h par semaine avec une demi-journée de libre (le mardi matin).

Mes horaires variaient de 9h à 9h30 le matin, une pause de 1h à 1h30 pour manger et je finissais tous les soirs à 19h sauf le lundi à 18h.

 

Dès que j'ai appris ma grossesse, je me suis dis que ça allait être compliqué de concilier vie de famille et vie professionnelle dans ces conditions.

Au fur et à mesure de ma grossesse, je me suis rendue compte que je ne voulais plus travailler là. Horaires trop étendus dans la journée, impossibilité de s'absenter, difficulté à prendre des vacances, ambiance tendue, travail stressant.

 

Lorsque La Muse a eu un mois, j'ai donc pris mon courage et mon téléphone à deux mains et j'ai appelé au cabinet médical pour demander un entretien avec le cardio qui gère les contrats pour parler de ma reprise.

On m'a donné rendez-vous avec un autre, environ quinze jours après mon appel.

 

C'était ce matin.

J'avais pour idée de demander une rupture de contrat conventionnelle, ce qui me permettait de pouvoir toucher les allocations chômage, contrairement à la démission. Ainsi que de ne pas avoir à effectuer de préavis.

 

Je pensais exposer au cardio qui me recevait les avantages pour toutes les parties :

- les miens : rester à la maison pour élever La Muse et pouvoir bénéficier des allocations chômage (plus intéressantes dans mon cas que le congé parental),

- les leurs : garder une salariée motivée (celle qui me remplace depuis mon arrêt maladie de juin) qui n'allait pas s'absenter à chaque rhume de sa fille,

- ceux de ma remplaçante : accéder à un CDI.

 

J'avais même en tête toutes les choses auxquelles j'étais prête à renoncer pour faire pencher la balance de mon côté (indemnité de fin de contrat, congés payés non pris...)

 

Tout cela n'aura servi à rien puisque, comme pour mon entretien d'embauche finalement, ce rendez-vous aura été le plus rapide de toute ma vie. Huit minutes en tout et pour tout.

"Bonjour, je viens vous voir pour vous demander une rupture de contrat.

- On s'en doutait un peu, avec les horaires, que ça allait être difficile avec un bébé. Et comme ici on ne peut pas modifier les horaires... Vous voulez une rupture conventionnelle ?

- C'est ça.

- Il faut quoi comme papiers ?

- Heu...

- Nan mais laissez tomber, je vais appeler la comptable, elle saura. C'est pour quand ?

- J'étais sensé reprendre le travail le 13 janvier.

- Ok donc on a un peu le temps de se retourner. D'accord, ben je demande à ce qu'on vous appelle quand les papiers sont fait."

 

Huit minutes alors que ça fait huit mois que je stresse.

Huit minutes qui me donnent le droit de rester à la maison pour m'occuper de La Muse.

Huit minutes qui m'ouvrent le droit aux allocations chômage.

Huit minutes qui m'ouvrent finalement la porte à tellement de choses ! (On en reparlera)

 

Je suis joie.

 

Coeur-cardio.png

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 09:00

Jusque là, je travaillais en gros de 9h (9h30) à 19h tous les jours (avec une pause variant de 1h à 1h30 pour manger) sauf le lundi ou je finissais à 13h (aprèm libre).


Lorsque j’ai remplacé, pendant ses vacances, la collègue qui, comme moi, est à cheval entre le cabinet médical et la clinique, je me suis rendue compte que le lundi après-midi était une demi-journée très très éprouvante !

Je pense que le message est enfin passé, puisque vendredi dernier, un des cardio m’a annoncé que ma demi-journée de dispo allait passée du lundi après-midi au mardi matin.


Pour se faire, il faut organiser un peu différemment le planning du mardi matin de cardio chouchou. Du coup, au lieu d’être à la clinique (où j’étais avant le mardi matin, mais je n’y serais plus), il sera au cabinet (où il y’a deux secrétaires).


Lorsque le cardio m’a demandé quand est-ce que je pouvais commencer à travailler le lundi après-midi, j’ai répondu "Le 29 avril, pas avant, j’ai des rendez-vous très importants."

(C’est à dire que moi, contrairement à vous tous on dirait, j’organise ma vie à l’AVANCE parce que je sais que tout le monde n’est pas à ma disposition au moment où je l’ai choisi.)

 

La secrétaire qui organise les plannings étais furax en entendant ce changement de planning ! Je pense qu’elle n’a pas trop eu son mot à dire en face du cardio qui lui annonçait le changement (c’est quand même lui le patron), du coup, elle a passé ses nerfs sur moi.

"Tu comprends, nous on n’a plus 25 ans !" (Est-ce que ça veut dire que moi je peux bosser plus parce que je suis plus jeune ?)

"En plus, depuis toujours on nous enlève du personnel au cabinet pour le mettre à la clinique !" (Ouais enfin c’est pour soulager une collègue quand même !)

Et autres joyeusetés de ce genre.


Le fait que moi ça ne m’arrange quand même pas du tout de finir TOUS les soirs de la semaine à 19h on s’en fou bien sûr.


Comme elle était déjà furax, j’en ai profité pour lui parler d’un autre sujet qui fâche : les vacances pour le mariage et elle m’a dit que oui, je pourrais avoir la semaine d’avant le mariage en congés ! HOURRA !


Comme en plus mercredi 8 mai, jeudi 9 mai c’est férié, qu’on fait le pont vendredi 10 mai, que lundi 20 mai c’est à nouveau férié et que je ne reprends le travail que mardi après-midi, ça me fait 13 jours et demi de congés en tout pour 5 posés ! Cinq jours qui ne comptent même pas dans les 5 semaines de congés annuels puisque ce sont des congés exceptionnels pour événement familial ! YOUPI !


 

Coeur-cardio.png

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 19:37

Ici (c'est pas tout récent puisque ça date du 16 décembre 2011) (oui oui deux mille onze), je vous disais que j'avais déposé un CV dans une chouette mercerie du quartier, tenue par la si gentille Maria.

 

Aujourd'hui, elle m'a envoyé un message facebook (oui j'ai aussi un compte perso qui porte mon vrai nom, donc qu'on peut facilement retrouver, surtout quand on a mon CV) en me demandant si j'étais toujours intéressée pour travailler avec elle.

 

J'ai rappelé pour demander des infos et le poste qu'elle propose est un mi-temps 18h par semaine : tous les matins du lundi au samedi de 9h à midi.

Je rêverais de travailler là bas, mais financièrement c'est absolument impossible dans l'état actuel des choses. 

 

SNIF !

 

Cela dit, Maria m'a clairement fait comprendre qu'elle me "voulait moi" et que si un jour j'avais besoin ou envie, je n'aurais qu'à revenir la voir. N'est-ce pas adorable ?

 

mercerie1.jpg

Source photo

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 22:00

Suite au commentaire judicieux d'une lectrice, j'ai choisi de ne pas (plus) faire apparaître cet article sur le blog (merci Marie).


Retrouvez-le sur la page FB.

 

Je ne supprime pas complètement la page pour ne pas perdre vos commentaires.

 

 

Coeur-cardio.png

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 20:25

Le 18 novembre 2012 très exactement, je n’étais plus en période d’essai en cardio (mon boulot actuel).


Le 21 novembre, je voyais ma collègue L. qui, comme moi, est à cheval entre le cabinet et la clinique, pour lui demander comment ça se passait pour les congés. Elle m’expliquait alors qu’il faudrait s’arranger toutes les deux pour qu’il y en ai toujours une présente.


Une semaine plus tard, je lui demandais si elle avait déjà songé à ses vacances de Noël parce que le chef de Coupin lui demandait de prendre ses congés et que donc il fallait que je m’organise. Elle me répondait qu’elle décidait toujours à la dernière minute. Devant mon air contrit, elle m’assurait me donner une réponse rapidement.


La semaine suivant, elle me disait "Je prends la première semaine de janvier, tu n’auras qu’à prendre la dernière de décembre."


Le lendemain ou presque, Coupin achetait les billets d’avion pour que nous puissions passer les fêtes de fin d’année avec nos familles.


J’avais considéré l’affaire close et n’y avait plus pensé jusqu’à la semaine dernière.


La semaine dernière donc, mercredi exactement, ma collègue N. qui fait les plannings se creusait la tête à organiser quelque chose de décent avec les agendas de 5 cardiologues qui posent leurs congés à la dernière minute.

Je lui demandais si L. lui avait parlé de nos arrangements de congés et elle me répondait "Attends, on n’a pas encore le droit de poser de congés nous, les cardiologues nous offrent quelques jours en fin d’année, mais c’est pas obligé et on sait jamais combien."


Jeudi, je m'alarmais auprès de L. "Hier, N. m’a dit que les vacances n’étaient pas forcément données par les cardiologues, mais moi j’ai déjà pris des billets d’avion, comment on fait ?’ Elle me répondait en souriant "Nan mais t’inquiète, ils le font tous les ans."


Ce matin, N. me présente le planning de la semaine prochaine (où je suis donc sensée ne pas être en Corse) en m’annonçant que je ne bossais que vendredi après-midi. Je lui ai alors raconté toute l’histoire.


Me suis fait passer un sacré savon !


Je t’épargne les tenants et les aboutissants, pas franchement agréables, ni pour moi ni pour elle.


Ce qu’il en ressort en tout cas c’est que TOUTES les secrétaires de cette structure (cabinet+clinique) posent leurs congés en fonction des vacances des cardiologues, qu’il en a toujours été ainsi et que ça ne viendrait à l’idée de personne de changer cette organisation.


Il y’a donc des années ou certaines secrétaires n’ont tout simplement PAS PU prendre leurs 5 semaines de congés légales parce que les emplois du temps des cardiologues ne le permettaient pas.


Il y’a donc eu des fois ou des secrétaires sont revenues de congés parce qu’il y’avait des soucis dans la logistique du cabinet ou de la clinique (collègue malade par exemple).


D’une façon générale, et c’est peut-être la phrase que j’ai la plus entendue aujourd’hui "Nos vacances (celles des secrétaires) se décident toujours à la dernière minute, en fonction des congés des cardiologues."


La première phrase qui m’a traversée l’esprit c’est "Ouais ben c’est facile pour vous, vous avez tous vos familles ici, un coup de bagnole ça peut se faire à la dernière minute, il n’en va pas de même pour l’avion." Mais je l’ai évidemment gardée pour moi.


J’étais furax en sortant du travail, en me disant que ça allait être la galère pour le mariage. Et si aucun cardiologue n’a envie de prendre des vacances en mai, je ne prends aucun congés pour mon mariage ? Je me suis également dit qu’être payée 1330€ par mois ce n’était pas du tout suffisant pour faire passer ma vie pro avant ma vie perso.


Là il est 20h presque 30, j’ai dormi dessus et je me suis tout simplement fait à l’idée que je ne passerais pas ma vie dans cette structure.

Je m’étais déjà fait la réflexion qu’il allait être contraignant de finir 4 jours sur 5 à 19h avec un enfant en bas âge. Cette histoire de vacances me persuade encore plus qu’à la naissance d’un bébé, j’aurais très envie de trouver un poste plus souple au niveau des horaires et des congés.


Non je ne chercherais pas un nouveau travail maintenant, parce que j’ai envie de pouvoir bénéficier d’un congé mat et que ça n’est possible que si on a une certaine ancienneté dans la boîte.


S'il-vous-plait, pas de commentaire sur ce que j’aurais dû ou pu dire à ce moment là. Vous savez aussi bien que moi que, nouvellement arrivée dans la boîte en question, je n’ai le droit de rien dire ou presque et que de toute façon, tout ce que je pourrais dire ne changerait rien à une organisation qui tourne depuis plusieurs dizaines d’années.

 

Coeur cardio

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 09:00

Jeudi 11 octobre à midi, avait lieu mon pot de départ au CMPP.


Mes adorables (ex) collègues se sont cotisés pour commander de mignons petits gâteaux dans une pâtisserie locale ainsi que pour m’offrir un cadeau commun : une carte cadeau Cache Cache.


Comment savaient-il que j’adore ce magasin ? C’est bien simple, à chaque fois que l’une de mes collègues me faisait un compliment sur un de mes vêtements, je répondais "C’est Cache Cache !"


Je les ai donc chaleureusement remercié en leur disant que ce cadeau tombait à pic puisqu’avec mes plus ou moins 8 kilos perdus, je flottais dans toutes mes fringues.


Ce n’est qu’hier que j’ai profité de cette carte cadeau.

J’avais d’abord pensé vous montrer les photos des vêtements étalés sur mon lit, mais les photos du site rendent quand même mieux.

Je vous mets donc les deux côte à côte pour que vous puissiez vous rendre compte des tenues portées.

 

Récemment, j'ai fait la connaissance de Torhia qui fabrique (sur mon île en plus Hiiii) de splendides bijoux que j'ai très envie d'assortir à mes nouvelles tenues. Je  vous invite à lui rendre visite sur son très beau blog : http://needansunbosquet.blogspot.fr et je vous joins quelques photos de boucles d'oreilles qu'elle m'a autorisé à vous montrer.


Carte-cadeau-Cache-Cache 8497T-shirt manches 34 motif graphique - Cache Cache

Haut rouge et noir, manches 3/4

 Orange noir

 

 

Carte-cadeau-Cache-Cache 8498Jupe droite - Cache Cache

Jupe droite élastique noire et grise

Noir grisBlanc noir

 


Carte-cadeau-Cache-Cache 8499Tee shirt femme rayures détail noeud - Cache Cache - Face

Tee shirt femme rayures détail noeud - Cache Cache - Dos

Haut rayé blanc et bleu, manches 3/4

Effet légèrement 'bouffant' aux épaules et noeud dans le dos

Bleu blan

 

 

Carte-cadeau-Cache-Cache 8500Jupe droite jean denim et ceinture large - Cache Cache

Jupe en jean 'denim' avec ou sans ceinture marron

Bleu

 

 

Carte-cadeau-Cache-Cache 8501Tunique col bénitier ceinture - Cache Cache

Robe chaude, petites manches et large col

Chez Cache Cache cette couleur, c'est 'corde'

Blanc argent

 

Qu'en pensez-vous ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Boulot
commenter cet article

Myself

  • : Elsa-Saône Word
  • Elsa-Saône Word
  • : Moi : Coupine, 27 ans. Lui : Coupin, 24 ans. Nous : ensemble depuis septembre 2009, en Corse depuis septembre 2011. Mariage le 18 mai 2013. Naissance de La Muse le 27 octobre 2013.
  • Contact

En ce moment je lis ça

Pandore-abusee.jpg

C'était Rangé Où ?

P.S point de croix

Si vous souhaitez une grille de point de croix présentée ici, n'hésitez pas à me contacter (formulaire contact ou commentaire), je me ferais une joie de vous l'envoyer gratuitement par mail.

Hello Coton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Elsa Saone sur Hellocoton

Un blog = un arbre

bonial – catalogues et promos – moins de déchets