Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 12:47

Dans la nuit, comme La Muse pleure dans son lit, je la prend dans mes bras pour la bercer. Je serais obligée de la poser en catastrophe pour aller aux toilettes. (Heureusement, elle s'endort tout de suite.)

 

Le matin, comme j'ai toujours mal au ventre, je traîne au lit.

Puis je me traîne jusqu'à la douche...d'où je sors en catastrophe, manquant de m'évanouir. Comme il est 10h, je suspecte une hypoglycémie.

 

Au moment du repas de midi, j'ai des nausées et toujours mal au ventre. Je suspecte une gastro et je demande à manger du riz blanc. En m'installant à table, pliée en deux par la douleur, j'arrive à dire en plaisantant "Tiens ça me rappelle le début de ma grossesse ! Si je n'avais pas un stérilet, je penserais que je suis enceinte !"


Après le repas, je fais une longue sieste. Au réveil, je manque de m'évanouir en allant aux toilettes tellement j'ai mal au ventre.

Ce presque malaise me rappelle furieusement le presque malaise que j'ai fait chez le gynéco à la suite de la pose de mon stérilet. Je demande à la mère de Coupin si elle connaît un gynéco qui prend en urgences. Elle m'emmène carrément chez le gynécologue de garde de la clinique la plus proche.

 

Je patiente en salle d'attente. Je tourne et me retourne sur les banquettes. Puis c'est mon tour.


A l'examen, du sang qui empêche le médecin de voir quelque chose.

A l'échographie sur le ventre, il ne dit rien mais je comprends qu'il peine à voir quelque chose tant j'ai mal au ventre.

A l'échographie endo-vaginale c'est encore pire.


Il me montre les clichés : "Vous voyez toutes les parties noires ? C'est du sang. Il ne devrait pas être là. Vous en avez au moins 700 centimètres cube dans tout le ventre donc il va falloir opérer pour voir pourquoi.

- Ah carrément ?

- Oui, je vous opère ce soir parce qu'au rythme où ça va, sinon demain vous n'êtes plus là.

- Ah... Et ça pourrait être quoi ?

- Soit une grossesse extra-utérine, soit un kyste hémorragique qui s'est rompu."


Je complète mon dossier auprès de sa secrétaire qui m'envoie au bureau des entrées faire l'admission. Je suis en fauteuil roulant.

Là, une infirmière m'attend "Ah nan mais là on vous douche vite fait à la Bétadine et on vous emmène au bloc tout de suite !"


On m'amène dans une chambre, on me fait déhabiller et je demande qu'on m'aide pour la douche étant donné le presque malaise du matin. Pendant ce temps, la mère de Coupin fait mon admission. Elle aura à peine le temps de revenir qu'on me descend au bloc. Toujours en fauteuil roulant.


Dans le sac du bloc opératoire, on me demande de passer du fauteuil au lit "sans toucher par terre". Puis je patiente à l'intérieur du bloc où une aide-soignante se présente et me demande si j'ai des questions, elle manque d'ailleurs de peu de poser mon dossier PILE sur mon ventre. Je lui pose toutes mes questions vu qu'on ne m'a rien expliqué. Elle m'explique le principe de la coelioscopie.


L'anesthésiste arrive et me pose quelques questions, il me met un cathéter au bras droit et me prélève quelques tubes de sang.

Très vite, on passe dans la salle opératoire proprement dite et j'entends l'anesthésiste me dire qu'on ne va pas m'endormir tout de suite car le gynécologue-chirurgien (que j'ai vu plus tôt) n'est pas encore là.


L'infirmière de bloc me demande de passer de mon lit sur la table d'opération, m'installe le plus confortablement possible, me branche l'appareil qui prend le pouls à l'index droit et des électrodes qui enregistrent le rythme cardiaque sur le torse. Elle met également une couette supplémentaire sur moi, ce qui est bien agréable dans cette pièce très froide.


D'un coup, tout s'accélère, j'ai mal, très fort ! Je répète "Jaimaljaimaljaimal". On me demande de me calmer. Je continue "J'ai trop mal, je ne peux plus respirer, jenepeuxplusrespirerjenepeuxplusrespirer". L'infirmière pose le masque à oxygène sur mon visage et me demande de respirer le plus à fond possible. J'entends l'anesthésiste dire "Je vous ai mis quelque chose de puissant, ça va aller." Puis "Vous allez mieux ?" Je m'endors sans répondre.

 

J'ouvre les yeux en salle de réveil. Je n'ai quasiment plus mal au ventre. Par contre j'ai très très froid, je tremble de tout mon corps et j'ai envie de faire pipi.

Comme je suis bien consciente, l'infirmière de la salle de réveil m'enlève le masque à oxygène. Je lui dis que j'ai froid et envie de faire pipi. Elle m'installe une couverture chauffante et m'indique que j'ai une sonde urinaire donc il suffit que je me détende pour que l'urine s'évacue toute seule.


J'entends vaguement le chirurgien me dire qu'il s'agissait d'une grossesse extra-utérine intra-ovarienne. En fait l'embryon avait commencé à se développer dans l'ovaire gauche qui a éclaté, d'où le sang. Le chirurgien a dû en enlever un tiers, mais le reste est intact, ce qui ne posera pas de problème pour d'éventuelles futures grossesses. Par contre, il a enlevé le stérilet.


Je reste environ un quart d'heure en salle de réveil. Comme je suis la dernière patiente, nous discutons avec l'infirmière pendant qu'elle débranche tous les appareils.


On me remonte ensuite dans ma chambre. L'infirmière du service m'explique que j'ai une sonde urinaire qui va rester en place au moins jusqu'au lendemain "Oui oui, ça m'arrange comme ça je n'aurais pas à me lever cette nuit." J'ai également un "redon" : sorte de petit tuyau qui part de mon utérus pour arriver dans une espèce de bouteille et qui sert à évacuer le liquide de lavage utilisé à la fin de l'intervention. Lui aussi ne sera enlevé que lorsque le chirurgien aura donné son accord. Dans le bras droit, j'ai toujours mon cathéter qui sert pour l'instant à me réhydrater et également à faire passer les anti-douleurs.

Il est 21h, on m'autorise à appeler Coupin pour qu'il vienne même si l'heure des visites est passée. Les infirmières reviendront vers minuit.


Coupin arrive avec un sac et le Kindle. Il reste environ un quart d'heure (son père l'attend dans la voiture). Je sens qu'il a été très inquiet "J'ai failli te perdre ! Comme quoi, ça ne tient à rien la vie !" Maintenant il est soulagé. Moi je n'ai franchement pas eu le temps d'avoir peur, je suis juste soulagée de ne plus avoir mal.


A minuit, les infirmières passent. Elles mettent une nouvelle poche d'anti-douleurs dans ma perf et m'indiquent qu'elles reviendront à 3h du matin.


Je lis un peu et je m'endors.

 

Grossesse_extra_uterine.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Famille
commenter cet article

commentaires

LesBlablasDeBouba 22/10/2015 09:22

Merci pr le lien vers ton billet, je ne sais pas pourquoi je l'ai "loupé" l'année dernière. J'espère que ça ne ralentira pas vos projets d'agrandir la famille! Bisous

valls july 25/04/2014 15:02

wouhaa alors qu'elle histoire !!!! une grossesse extra utérine ovarienne, ma pauvre, tu a du avoir sacrément mal, j'espère que tu va mieux aujourd'hui ?
bisous

Elsa-Saône 27/04/2014 11:29



Sacrément mal oui, c'est bien le terme ! Heureusement, tout va bien aujourd'hui. Bisous !



Madame Hérisson 24/04/2014 10:19

Nan, mais ça va pas de nous faire peur comme ça ? J'espère que tu vas mieux

Elsa-Saône 27/04/2014 11:26



Le blog me sert aussi de journal alors il me faut consigner les choses importantes de ma vie...désolée...vous avez tous eu plus peur que moi



Marie 24/04/2014 09:56

Je suis contente de lire que physiquement tu vas mieux... En lisant ton récit, j'ai eu une peur pas possible pour toi... Repose-toi et prends du temps pour t'en remettre et fais plein de bisous à
la Muse !

Elsa-Saône 27/04/2014 11:26



Merci beaucoup



Torhia 23/04/2014 17:21

Oh mon dieu ! Mon dieu ! Mon dieu ! Mais ...! Pouf !
Il m'a fait flipper ton récit ! ça va mieux hein j'espère ? Physiquement j'ai lu que oui, mais moralement je veux dire ? ça va ? Effectivement, ça ne tient à rien... Prend soin de toi, je
t'embrasse fort, et si tu as besoin surtout n'hésites pas hein. Je t'envoie tout plein de bisous !

Elsa-Saône 25/04/2014 17:12



Tout va pour le mieux maintenant. Je ne dis pas que tout de suite après je n'ai pas accusé un peu le coup, mais c'est vite passé 



Myself

  • : Elsa-Saône Word
  • Elsa-Saône Word
  • : Moi : Coupine, 27 ans. Lui : Coupin, 24 ans. Nous : ensemble depuis septembre 2009, en Corse depuis septembre 2011. Mariage le 18 mai 2013. Naissance de La Muse le 27 octobre 2013.
  • Contact

En ce moment je lis ça

Pandore-abusee.jpg

C'était Rangé Où ?

P.S point de croix

Si vous souhaitez une grille de point de croix présentée ici, n'hésitez pas à me contacter (formulaire contact ou commentaire), je me ferais une joie de vous l'envoyer gratuitement par mail.

Hello Coton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Elsa Saone sur Hellocoton

Un blog = un arbre

bonial – catalogues et promos – moins de déchets