Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 14:50

Jusqu’en 1999 j’étais la seule fille au milieu de mes deux frères.


Chez notre mère, la parité était respectée. Chez notre père, mon statut d’unique fille me conférait un peu des droits de princesse (ou de fifille à son papa comme on voudra).


Jusque là, tout allait bien, mais en 1999, j’avais 12 ans et à 12 ans, il y’a des choses qui travaillent les filles et dont il est difficile de parler dans un environnement uniquement masculin.

Alors, lorsqu’en juin notre père nous a annoncé que, pour la première fois, nous n’allions pas partir en vacances uniquement tous les quatre mais accompagnés de trois autres personnes dont deux filles, j’ai d’abord pensé très égoïstement qu’enfin je n’allais plus être ‘toute seule’.


Les premiers jours de juillet de ces vacances mémorables, toi et moi étions inséparables. Nous avons passé des heures à discuter sur une grosse souche de bois qui nous soutenait dans l’eau, sur un matelas pneumatique, sur un canoë, sur des rochers. Nous avons eu de monstrueux coups de soleil, des poux, un impétigo tenace, nos règles ensemble. Nous avons eu la même robe, toi en bleue, moi en orange.


Puis nous sommes toutes les deux tombé amoureuse du grand frère de l’autre et, au lieu de nous lier d’avantage, cela nous a éloigné. À partir de ce moment là, seul notre couple comptait et notre amitié est devenue rivalité. Peut-être ne supportais-tu pas la proximité que j’avais avec mon frère et que tu n’avais alors pas avec le tien ? Peut-être commençais-je à être jalouse de n’être plus la seule fille ?


En août, ta mère et mon père sont également tombé amoureux et ont décidé d’emménager ensemble. Quelle aubaine pour les trois couples que nous formions alors !

À ce moment là, j’ai vraiment appris le sens du mot partage parce qu’alors, nous étions cinq à avoir besoin d’un père, plus seulement trois et j’avais très envie que le mien n’ai qu’une seule fille a aimer. Je n’avais pas compris que l’amour ne se divise pas mais se multiplie.


À la première fête des pères, je t’en ai beaucoup voulu d’appeler le mien "papa".

Lorsque je l’appelai au travail en me présentant comme "sa fille" j’ai pleuré plus d’une fois en entendant "laquelle ?" Plus les jours passaient et plus tu prenais aussi ta place dans son cœur. Comment pouvait-il en être autrement puisque tu le voyais tous les jours et moi seulement un week-end sur deux ?


Qu’est-ce qui nous a à nouveau rapprochées toi et moi ? La fin de nos couples frères-sœurs ? Le début des études ? Le fait d’avoir chacun notre chez nous ?

À ce moment là, nous nous présentions comme "sœurs" parce que c’était plus simple que de dire "sa mère sort avec mon père" et cela nous convenait tout à fait. Pourtant, il était alors difficile pour moi de considérer ton frère comme le mien étant donné le passé intime qui nous liait. Cela a pris du temps, je crois qu’il a fallu qu’il parte habiter à Nice pour faire également son chemin dans ma tête et dans mon cœur.


Puis tu as déménagé de Lyon jusqu’en Moselle et je n’ai pas pu assisté à ton déménagement. J’ai été bien triste de ne pas avoir pu te dire au revoir. Au premier repas chez les grands-parents sans toi, tu m’as bien manqué et c’est à ce moment là que j’ai réalisé quel nouveau statut j’allais te donner dans mon arbre généalogique.


Lorsque je suis arrivée en Corse, tu m’as appelé un jour pour me dire que tu avais ajouté mon numéro à la liste de ceux que tu pouvais appeler en illimité. Je me suis d’abord demandé ce qu’on allait bien pouvoir se raconter, mais je n’ai pas eu besoin de me poser la question trop longtemps parce que déjà ça faisait une demi heure qu’on se parlait de tout et de rien.


J’ai été bien peinée d’apprendre ta séparation et ton nouvel emménagement. Quel dommage pour la maison ! Mais cette semaine là, je t’ai eu tous les jours au téléphone et tous les jours je décrochais en disant "Hey sœurette !" et je terminais la conversation avec l’envie de te serrer réellement dans mes bras.


Tu m’as dis récemment que tu venais à Lyon en août, je ferais tout pour y être en même temps que toi et peut-être que notre frère de Nice pourra nous rejoindre à la pizzeria des deux autres. Nous serons alors réunis, tous les cinq, comme dans le temps.


Nous n’avons pas la même mère, peut-être ne considères-tu pas tout à fait mon père comme le tien (nous n’en avons jamais parlé), une chose est sûre en tout cas, c’est qu’importent les liens de sang, qu’importent les liens juridiques ou administratifs, aujourd’hui nous sommes bel et bien sœurs.


Aujourd’hui, pour tes vingt-cinq ans, laisse-moi te dire cette simple chose :

Bon anniversaire ma sœur. Je t’aime du plus profond de mon cœur.

coeur-taz.gif

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Published by Elsa-Saône - dans Famille
commenter cet article

commentaires

Jimidi 23/04/2012 23:45

Y'a des gens qui mettent beaucoup plus longtemps pour accéder à cette idée que l'amour qu'on porte aux uns n'enlève rien à celui qu'on porte aux autres. y'en a même qui n'y arrive jamais.

Elsa-Saône 24/04/2012 18:39



J'ai mis du temps, mais cette fois c'est bon, l'idée est bien encrée !



Bouba 21/04/2012 21:05

J'avais envie de dire tout comme Séverine! :)
Et par rapport à ton frère de Nice, j'imagine qu'effectivement ça n'a pas dû être facile de le considérer comme ton frère!

Elsa-Saône 21/04/2012 21:46



Cela a pris du temps, en effet, mais maintenant c'est le cas et un frère de plus un !



Séverine 21/04/2012 14:56

oh! tu m'as donné des frissons! Quelque fois, les liens du cœurs sont plus forts que les liens du sang..Joyeux anniversaire à ta sœurette!!!!

Elsa-Saône 21/04/2012 14:57



Merci pour elle.


Ici, les liens du coeur sont aussi forts que les liens du sang et ce n'est pas peu dire !



Myself

  • : Elsa-Saône Word
  • Elsa-Saône Word
  • : Moi : Coupine, 27 ans. Lui : Coupin, 24 ans. Nous : ensemble depuis septembre 2009, en Corse depuis septembre 2011. Mariage le 18 mai 2013. Naissance de La Muse le 27 octobre 2013.
  • Contact

En ce moment je lis ça

Pandore-abusee.jpg

C'était Rangé Où ?

P.S point de croix

Si vous souhaitez une grille de point de croix présentée ici, n'hésitez pas à me contacter (formulaire contact ou commentaire), je me ferais une joie de vous l'envoyer gratuitement par mail.

Hello Coton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez Elsa Saone sur Hellocoton

Un blog = un arbre

bonial – catalogues et promos – moins de déchets